Articles tagués : accordéon

Accordéon (#19) – Fabriques d’accordéons

Aujourd’hui je vous suggère un petit voyage en  France, afin de visiter trois remarquables  fabriques d’accordéons. 

noteBeynost ( à 15 mn du centre d’affaires de Lyon, à la sortie n°5 de l’autoroute A42)
avec la célèbre firme « Cavagnolo », située sur la rue des Petites Combes, dans le  ZAC des Baterses.
Ici, vous pouvez vous procurer un accordéon à 2, à 3 ou à 4 voix, comme celui-ci

accordeon

      de gamme SUCCES,   PRESTIGE  ou CLASSIQUE « Free Bass » ou encore un accordéon piano (4 voix)  avec ou sans boîte de résonance  …un accordéon diatonique… un accordéon numérique Odyssée, toujours à la fine pointe de la nouveauté… avec Kit, module de sons,  interfaces Midi/audio,  émetteur/récepteur Liberty… Le choix est très vaste !!  Vous pouvez y trouver un Zykbox surnommé amicalement « accordéon baladeur »… Les connaisseurs pourront y choisir une Cavagnolo Tradition, une Cavagnolo Signature ou même… une Bugari !!!  De plus, on peut y remettre en ordre de marche votre accordéon, quelle que soit sa marque. 

noteSarlat  en Périgord-Dordogne, au Pré de Cordy,
avec la fabrique « Accordiola » renommée pour ses accordéons légers, aux lignes modernes et originales,  moulés dans des matériaux innovateurs comme le Carbone, aux peintures exceptionnelles (métallisée, à paillettes ou même ‘caméléon’ )  ou personnalisées à l’aérographe.

                                                   image005

Là aussi, le choix est immense : nombreux modèles à boîtes de résonance (simple ou double), à 3 voix (à l’octave ou musette), modèles d’étude, modèles piano,  accordéons numériques, options Midi et Micro… Un véritable rêve!  
Un vidéo très instructif  se trouve à
http://www.goldperigord.com/index.php?option=com_content&task=view&id=672 

noteTulle  en Corrèze, sur la route de Brive, avec la fabrique Maugein frères. existant depuis 1919. Des visites guidées y sont organisées pour tous : écoliers, étudiants, aînés, familles, professionnels.

C’est une des rares fabriques d’accordéon à produire presque entièrement l’instrument de A à Z.  M. Lachèze dirige cette usine de main de maître. On peut y voir de nombreuses machines informatisées et automatisées conçues tout spécialement pour la fabrication des accordéons. On y  produit un des plus beaux accordéons finition bois naturel sur le marché .  Pour en apprendre davantage au sujet de Maugein, allez à :  http://www.mdcn.fr/maugein.htm 

              image007                            

 C’était trois des villes importantes pour l’accordéon français.
Si cette visite vous a intéressé, à la semaine prochaine !
Nous ferons une petite virée en Italie !

Accordéon (#18) – ADAQ

 L’Association des Accordéonistes du Québec

membres ADAQ
au 7111 avenue Papineau, Montréal, Québec, Canada – H2E 2G3

Une association de bons vivants ! Au cours de l’année, plusieurs rencontres sociales sont organisées.  Des repas pris entre amis, des soirées dansantes, des démonstrations ateliers couvrant différents aspects techniques de l’accordéon et les fêtes qui ponctuent les saisons comme Noël, le temps des sucres, etc.     Et tout ça, au son de l’accordéon bien sûr!

Au tout début, en 1994, c’était l’ A.D.A.M. : l’Association Des Accordéonistes de Montréal et en 2006, le regroupement, soucieux de représenter les membres de l’extérieur de Montréal, prend l’acronyme de ADAQ pour Associations Des Accordéonistes du Québec.

Pour en savoir les événements, allez voir à :  http://www.accordions.com/adaq/agenda.htm

Bonne semaine !  et …  commandons du soleil !!soleil

Accordéon (#17) – Présentation d’artistes membres de l’ADAQ

Concert-Gala, une excellent façon de faire connaître et apprécier les talents de chez-nous.  Dimanche, 11 octobre 2009  à 14h00 

Au programme : 
Didier Dumoutier (chromatique)
Gaston Nolet (diatonique)
Dino Leone (accordéon piano)
Joaquin Diaz
et son trio (ambassadeurs de musiques latines

Madame Huguette Meunier sera honorée pour ses 50 années de carrière
et on célébrera la 20e anniversaire de l’orchestre Pops.

Où ?  à l’ Habitat St-Camille, 5220, rue Charleroi, Montréal-Nord

Agrandir le plan

Prix :  25$ pour les membres  et 30$ pour les non-memnbres

Réservations :  514-722-6691 (Nick Pensato)
                                    514-721-1273 (Accordéons Excellence)
                                    514-323-2370 (Huguette Meunier)

Accordéon (#12) – Pratique de musiciens traditionnels

Pratique de musiciens traditionnels de la région de LAVAL
Comme l’accordéon est souvent utilisé en « musique traditionnelle »,
j’ai trouvé pour vous une belle occasion de pratiquer avec d’autres musiciens.

Pour  niveau débutant et intermédiaire,
les pratiques se tiennent au Centre de création artistique
les jeudis après-midi de 13h30 à 15h30
au 430 -5e Rue, Laval-des-Rapides H7N 1Z6.
Avis à ceux qui sont intéressés à se joindre au groupe.
Les pièces sont jouées lentement dans le but de favoriser l’apprentissage
et le répertoire est composé des pièces apportées par les musiciens.
ACTIVITÉS RÉGULIÈRES
du 1er octobre 2009 au 29 avril 2010 (en après-midi).
Informations : Gilles: (450) 669-6207

Pour niveau intermédiaire et avancé,
les pratiques se tiennent au Centre de création artistique
les mardis  de 19h à 21h30
au 430 -5e Rue, Laval-des-Rapides H7N 1Z6.  
L’admission est gratuite pour les membres et 2$ pour les non-membres. 
Avis à ceux qui sont intéressés à se joindre au groupe régulier,
l’association est à la recherche de nouveaux musiciens.
GERMAIN LEDUC dirige les pratiques aux deux semaines 
et  MARCEL PIGEON assure le suivi.
ACTIVITÉS RÉGULIÈRES
du mardi 8 septembre 2009 au 4 mai 2010
Informations : Marcel Piché (450) 667-7868
http://www.dmij.net/

 

D’agréables  trouvailles !!!

Pour entendre, apprendre ou pratiquer des airs de musique traditionnelle québécoise, j’ai découvert un site magnifique où l’on entend en deux versions les mélodies : au rythme régulier  et aussi, en rythme plus lent afin de pratiquer avec exactitude.
http://www.dmij.net/laval.html 

On peut fabriquer son propre accordéon !
À Rimouski, avec Emmanuel Pariselle, du 1 au 10 août 2009
« Fabriquez votre 2 rangs et demi en 10 jours avec 7 autres personnes.
Il reste une seule place. »

atelierdaccordeon@hotmail.com

Accordéon (#10) – Apprentissage précoce

 

Le mois dernier, plusieurs d’entre vous sont allés examiner le guide Mnemo 2008 pour y chercher un professeur d’accordéon, dans leur région , sous la rubrique « Enseignement régulier ». Ce n’est vraiment pas facile à trouver !!

S’il y avait  un professeur d’accordéon qui lit ce blog, veuillez vous faire connaître.

Envoyez-moi vos coordonnées à accordeon.diane@hotmail.com et je me ferai un plaisir de les communiquer à mes lecteurs. Je voudrais tellement que la musique d’accordéon continue d’exister au Québec ! 

Quelle que soit la méthode utilisée, la meilleure façon d’obtenir des résultats, c’est de commencer le plus tôt possible : dès que notre enfant ou  petit-enfant y montre un certain intérêt. Il est primordial de lui faire entendre ce genre de musique    et de lui démontrer notre plaisir en souriant, en tapant des mains, des pieds,  en dansant … avec lui. S’il le faut, ressortons nos disques vinyle et nos cassettes. Ça aura un effet d’entraînement, c’est certain ! D’ailleurs, c’est excellent pour nous aussi !!! 

De nos jours, il existe une multitude de jouets musicaux pour nos tout-petits : 

centre d’activité musical

centre d’activité musical

 

tambourin

tambourin

 

Xylophone

Xylophone

 

flûte à coulisse

flûte à coulisse

tapis de danse

tapis de danse

 

livre sonore

livre sonore

 

Kahama

Kahama

Clavier

Clavier

 

 

petit piano

petit piano

 

 

    Afin de se rendre compte très tôt  qu’en faisant un mouvement…  le son change !

Pour ma part, j’ai eu la chance d’appartenir à une famille de joyeux lurons qui se réunissaient avec « chacun son instrument » et dès l’âge de 3 ans, on m’offrait des cuillers retenues avec un élastique pour accompagner ce joli tintamarre.  J’ai commencé officiellement l’accordéon à 5 ans. 

(À suivre…  la semaine prochaine)

Accordéon (#8) – Le SON et l’Accordage

On a l’habitude d’entendre l’expression  « faire accorder son piano », mais on peut en faire autant avec son accordéon. Bien entendu,  le travail est fort différent puisque le piano renferme des cordes tandis que l’accordéon possède des anches libres. 

Chacune d’elles est fixée dans un minuscule cadre de bois avec de la cire d’abeille.
Chaque anche doit être profilée et calibrée afin qu’elle produise le son désiré, à une hauteur donnée.

Le meilleur exemple :
la hauteur du LA du diapason correspond à 440 Hz (hertz) soit 440 vibrations à la seconde. Chaque note a une hauteur bien précise.
Voici le tableau d’un octave. 

Note Fréquence
La 880.00
Sol 783.99
Fa 698.46
Mi 659.26
587.33
Do 523.25
Si 493.88
La 440.00

Notez que l’octave d’une note a une fréquence double de la note de départ.

 

Nous entrons dans le monde complexe de  la « SONORITÉ ».
Il existe des appareils fort utiles pour nous aider à vérifier l’exactitude des sons produits.
En voici deux : le simple diapason (qui donne le LA)  et  l’oscilloscope numérique  

                           Diapason                                   oscilloscope numérique                           

  

Heureuse découverte sur l’Internet:
Fantastique ! Nous pouvons suivre un cours  d’ « Accordage  » pour accordéon.
En Estrie, on peut apprendre à réajuster le son de notre accordéon 
en suivant une formation chez M. Mario Bruneau, à Stanstead.
Les cours sont disponibles par blocs de 3 heures
Vous n’avez qu’à lui téléphoner au 819-876-2794

http://www.mariobruneau.com/lespianosmariobruneau.html#cours 

À tous ceux qui ont l’accordéon au cœur ,  Joyeux Printemps ! 

Accordéon (#7) – Une GRANDE DAME de l’accordéon – Yvette Horner

Yvette Horner  naquit à Tarbes (France)  le 22 septembre 1922.  Ne dit-on pas que le  22 est un « maître-nombre » !  Son parcours fut pour le moins exceptionnel !!

     Yvette Horner                     

Elle était issue d’un milieu plutôt réservé et son père avait déjà dit : « Si elle fréquente les bals, je lui couperai les jambes »…   Le pauvre papa, il ne savait pas qu’elle deviendrait un jour Vévette,  la « Femme aux doigts d’Or ». 

On la surnomme aussi,  et à juste titre,  la Reine de l’Accordéon.
Elle ne vit que pour la Musique et veut faire connaître et aimer  l’accordéon. 
Elle joue de tout !  Musique classique,  jazz,  country, ballades, comédies musicales, tango, valse-musette, rap…
Oui, du rap!  Intitulé « Hors norme »… j’ai entendu ça sur http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendid=332684790

 

Je l’ai même vue avec Boy George, à l’émission TARATATA, extrait de 1994 :
http://video.mytaratata.com/video/iLyROoaftash.html 

Nous pouvons trouver sa biographie à
http://yvette-horner.com/Biographie_11907.html 

Un vibrant hommage à cette femme « de cœur » se trouve à
http://www.sacem.fr/portailSacem/jsp/ep/contentViewRelatedItem.do?contentType=EDITORIAL&contentId=536882277 

Sa discographie est aussi disponible sur
http://fr.wikipedia.org/wiki/Yvette_Horner#Discographie_d.27Yvette_Horner 

Bien sûr, vous pouvez l’entendre gratuitement
On  nous offre un choix parmi 190 titres à l’adresse suivante:
http://www.deezer.com/fr#music/result/all/yvette%20horner

 

Il me fait plaisir de vous partager mes bonnes adresses ! 
Bonne semaine, les accordéonistes!

Accordéon (#6) – Les GRANDS de l’accordéon – Verchuren

Durant quelques semaines, je vais vous présenter mes accordéonistes préférés.

 

Tout d’abord, André Verchuren.

 

Il est souvent surnommé le Roi du Bal populaire : sa musique nous soulève littéralement.
Issu d’une famille de musiciens, fils et petit-fils d’accordéoniste, il commença à 4 ans. C’est à 6 ans qu’il donne son premier spectacle. À 12 ans, il donne des cours d’accordéon avec son père.
En 1936, il devient « champion du monde » de l’accordéon.
Après la dure épreuve de la guerre (1939-45) il redevient le virtuose d’avant…
Puis viennent les films, les émissions de radio, les grands spectacles, les enregistrements… et son admission à la grande Société des auteurs-compositeurs-éditeurs de Musique.  
Les grands prix et les disques d’or se succèdent en même temps que ses rôles dans des films…
Oh ! Quelle carrière !!! On l’a même surnommé le  « Charles Aznavour de l’Accordéon » 

Par bonheur, il existe un site français où on peut l’entendre librement, c’est
http://www.deezer.com/fr#music/result/all/Verchuren
où l’on vous propose 92 titres… et c’est gratuit ! 

Pour les amateurs de biographies, allez sur son site :
http://www.andre-verchuren.com/

 

Même si je n’ai pas eu la chance de le rencontrer,
je l’admire pour l’entrain et la joie qu’il sème partout  ! 

Ma trouvaille de la semaine :
En 2007, à Lisieux, la ville a décidé de décorer tous ses ronds-points avec des instruments de musique de format géant. Regardez ce bel accordéon… mais surtout, cet accordéoniste : Monsieur Verchuren !

  

 ville de Lisieux - 2OO7
crédits photo : ville de Lisieux – 2OO7

Bonne semaine à tous les amis de l’ accordéon ! 

Accordéon (#5) – Accordéon diatonique au Québec – Histoire – Trouvaille

Tel que promis, j’ai poussé mes recherches sur la famille Gagné. 

Odilon Gagné fabrique le premier accordéon diatonique au Québec, en 1895.

Menuisier de métier, il fabriquait déjà des pianos et des meubles. Mais pour l’accordéon, il dût inventer ses propres moules  pour couler des plaquettes d’anches et des boutons chromés pour ses claviers. Pour ses soufflets d’accordéon, il dût apprendre à travailler le cuir (de chèvre ou de mouton), la toile et le carton. En l’espace d’une vingtaine d’années, il réussit à fabriquer plus de 150 accordéons diatoniques « de ses mains ». 

Heureusement, avant de mourir, Odilon Gagné avait eu le temps d’enseigner la façon de faire à ses deux fils : Wilfrid et Philias. L’entreprise d’Odilon continua donc et prit le nom de « Maison Gagné et Frères » en 1917. On continua donc à confectionner  le même modèle d’accordéon : deux basses, une rangée de dix boutons et deux jeux d’anches. 

Maison Gagné et Freres

Entre les années 1920 et 1950,  les accordéons Gagné se firent connaître grâce aux accordéonistes Gérard Lajoie, Théodore Duguay, Louis Fontaine et Joseph Guillemette. 

Pour perpétuer leur entreprise, Wilfrid et Philias Gagné, tous deux célibataires, transmirent leur savoir-faire à leur neveu, Paul-André. Ce dernier, musicien fameux ( on dit de lui qu’à l’âge de 5 ans, il jouait déjà fort bien sur un accordéon « Ludwig »), continua de gérer le commerce familial et fabriquer des accordéons Gagné, jusqu’à sa retraite, en 1994. 

Son fils, Richard,  apprit aussi à fabriquer et réparer les accordéons. Il prit la tête de l’entreprise en 1984 . Il agrandit le magasin, ouvrit une école de musique et ajouta plusieurs instruments populaires : batteries, synthétiseurs, guitares électriques… 

Maintenant, Richard et Paul-André Jr  continuent l’œuvre de leur famille et se tiennent à la fine pointe de toutes les nouveautés dans le domaine de la musique.

Chez eux, on retrouve encore quelques accordéons Gagné, de même que des Hohner et des Saltarelle.   Si vous passez par Québec,  rue Durocher, allez-y voir ! 

418-525-8601 (région de Québec)

Ma trouvaille de cette semaine : le Guide Mnémo 2008-2009 !!! 

Un recueil de plus de 80 pages de références musicales regroupées par région du Québec.

(Associations, groupes de musiques, musiciens, groupes, « calleurs »,  chanteurs,  conteurs, enseignants, productions, musées,  fabricants, festivals, veillées, émissions de radio…)   Recueil que vous pouvez téléchargez gratuitement.  C’est renversant !!

http://www.mnemo.qc.ca/pdf/Guide_Mnemo_2008.pdf

 

Bonne semaine, les accordéonistes !

Accordéon (#4) – Fabricants

C’est en Italie (Castelfidardo) et en Allemagne (Trossingen ) que sont fabriqués la plupart des accordéons, en Occident. Avec le temps, la demande a diminué et bien peu de manufactures ont survécu.

Vers en 1871, c’est probablement Joseph-Roch Lyonnais qui aurait fabriqué le premier accordéon canadien. Cet « inventeur » était luthier de profession, en même temps que réparateur et marchand d’instruments de musique, instrumentiste, compositeur, professeur, chef d’orchestre. Son fils, Cyrille-Roch (appelé Roch fils) était aussi luthier, marchand de musique, professeur.

Au vingtième siècle, il semble bien qu’on ait délaissé la fabrication de l’accordéon, presque complètement… Après l’Expo 67, si on voulait se procurer un accordéon, on devait l’importer d’Allemagne, d’Italie ou encore de Russie, du Brésil ou de Chine.

De nos jours, « Musique Gagné et Frères » continue de produire des accordéons diatoniques et d’entretenir les instruments au Québec… d’ailleurs, il en sera question dans mon blog de la semaine prochaine.

Bonne semaine, les accordéonistes !

Thèmes WordPress - WordPress tuto